Magnifique reprise covidée pour le CCGP avec la résidence de 2 semaines suivie d’une exposition du compagnon Brulex (illustration, édition, sérigraphie et maintenant bois et sculpture / Lyon / https://brulex.fr) du 5 au 13 Septembre 2020.

Dans le cadre du festival L’Enfer.

L’homme est petit, immobile et sans visage. Larve repue, son corps tout entier sourit tandis qu’il pompe méthodiquement depuis sa cachette souterraine, confortable et indifférent. Autour de lui s’affairent des créatures magnifiques, dont jaillissent le soleil et le sang, dont les ailes battantes se confondent avec les flammes et dont les corps nerveux s’entremêlent de ronces. Moquant l’adoration de l’homme pour lui-même, qui dans sa mégalomanie imagine les mystères de la vie à sa propre image, Brulex propose un univers où l’humain plutôt s’efface et laisse place à l’opulence, à la vitalité et à la violente beauté de monstres merveilleux et hybrides, animaux fantastiques et symbiotiques, face auxquels il nous invite à nous prosterner. Dans un geste de révérence pour le monde naturel et le règne animal, il invente avec ses images votives délirantes et déchainées un nouvel ordre religieux et détourne le divin pour réveiller nos esprits et nos yeux. Il nous rappelle que si l’homme excelle tant à détruire et dominer le monde, il devrait pourtant craindre la colère d’une nature dont la grandiose vengeance s’incarne ici dans le sourire grinçant d’un démon solaire et les orbites habitées de crânes grotesques.